01/03/2024
Sport et entreprise

RSE des entreprises et sport de haut niveau : les similitudes

Le lien intime entre la RSE et le sport en entreprise !

Au sein des entreprises et dans la société actuelle, nous entendons parler de manière exponentielle de la RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises. Si nous pouvions transformer ce sigle en “Responsabilité sportive des entreprises”, elle concerne cependant les différents aspects environnementaux et éthiques, ce qui, dans un sens, est intimement lié : préservation de la biodiversité, conceptions éco responsables ou chartes éthiques et bien-être des salariés font partie intégrante des sujets traités par les entreprises de 50 salariés et plus, tout comme certaines PME, qui prennent le sujet à bras le corps. 

Dans cet article, découvrez de quelle manière le sport en entreprise contribue à renforcer la RSE et comment la solution Xperience Sport pour les entreprises, y participe ! 

 

Définition de la RSE d’une entreprise et la réglementation française. 

Avant de rentrer dans la vif du sujet, rappelons ce qu’est la RSE et dans quel cadre légal elle évolue. 

La RSE signifie littéralement : “Responsabilité sociétale et environnementale des entreprises”. Elle possède néanmoins deux définitions plus précises par l’Union Européenne et par l’ISO 26000. S’il n’existe aucune norme pour définir les obligations des entreprises en matière de reporting ou de standards de performance RSE, cette dernière est tout de même soumise à différentes réglementations entrées en vigueur en 2011 et plus récemment en 2019. 

  • La loi PACTE : toutes les entreprises sont concernées, quelle que soit leur taille ou leur activité. L’article 1833 du Code civil suppose que toutes les sociétés prennent en considération les enjeux sociaux et environnementaux de leur activité. Elles doivent donc identifier leurs enjeux sociaux et environnementaux et s’assurer qu’ils soient bien pris en considération dans leurs décisions stratégiques et leur fonctionnement.

  • La loi Sapin II : cette loi relative à la transparence, à la lutte contre le corruption et à la modernisation de la vie économique, adoptée en 2016 instaure une obligation de prévention contre ces risques. C’est par ailleurs, un axe de démarche RSE qui devient obligatoire pour certaines entreprises. 

  • La loi sur le devoir de vigilance : établie en 2017, elle renforce la responsabilité sociale des entreprises par le “réflexe probité”. Nous citons : “en tant que donneuses d’ordres, elles doivent veiller à la non atteinte aux droits humains et à l’environnement tout au long de leur chaîne d’approvisionnement”. Un plan de vigilance doit être mis en place.

  • La “raison d’être” dans les statuts est autorisée selon l’article 1835 du code civil. 

  • Le statut d’Entreprise à mission : une entreprise est nommée “à mission” lorsqu'elle affirme publiquement sa raison d’être et ses objectifs sociaux et environnementaux dans le cadre de son activité. 

Aussi, les instances publiques l’ADEME et l’AFNOR sont chargées d’accompagner toutes les entreprises qui le souhaitent dans leur démarche RSE et de développement durable, en leur apportant des conseils et en leur transmettant les normes et étapes à suivre. 

 

Quelles sont les similitudes entre la RSE et la pratique sportive ? 

Concrètement, si la RSE des entreprises est encore largement associée à l’enjeu environnemental, elle inclut de plus en plus le bien être de ses collaborateurs par le respect de l’autre, la cohésion des équipes et le développement de l’inclusion. Autant d'objectifs que nous retrouvons dans l’univers du sport, qui plus est du sport de haut niveau, qu’il soit collectif ou individuel. 

Avec l’essor de la RSE, les processus de travail se voient donc attribuer des engagements forts notamment sur les plans sociaux, caritatifs et sportifs.  De plus en plus de grandes entreprises sponsorisent des événements sportifs de grande envergure. Nous pourrions nommer par exemple, le groupe BPCE avec les JO,  Asics aux championnats du monde Indoor d’athlétisme ou encore EDF avec sa fondation promulguant le handisport. 

D’autres entreprises réalisent des dons auprès d’organismes à but non lucratif ou auprès d'athlètes de haut niveau. Nous parlons alors de mécénat d’entreprise, à l’image de la marque Oney avec le champion du monde du 800m Pierre-Ambroise Bosse

Il est également très facile pour une petite entreprise dont les moyens financiers sont limités, de développer l’esprit sportif parmi ses équipes de travail, afin de le mettre au service de sa RSE. 
 

Comment inclure le sport dans sa RSE ? 

Au-delà du sponsoring d’événements sportifs qui concerne davantage la réputation de l’entreprise que son organisation interne, de nombreuses solutions sportives peuvent être mises en place facilement au sein des équipes, dans le but de développer leur performance mais surtout, d’augmenter leur bien-être au travail. 

  1. Réorganiser les plannings des équipes afin de libérer du temps aux salariés pour qu’ils puissent pratiquer une activité physique régulière. Cela peut être sur leur pause du midi, par exemple, ou en leur permettant de terminer plus tôt un jour dans la semaine. 

  2. Faire intervenir une personnalité issue du milieu de sport de manière régulière ou occasionnelle, afin de transmettre le goût du dépassement de soi et les bénéfices du sport aux collaborateurs. Communément les entreprises font appel à des coachs sportifs pour des interventions régulières. Il existe également une solution innovante et parfaitement adaptée au milieu de l’entreprise : l’intervention d’athlète de haut niveau avec Xperience Sport

  3. Lancer des challenges "sport et écologie" au sein même de l’entreprise avec, par exemple la mise en place d’écojog’. Ces défis sportifs et écolo’ consistent à ramasser le plus de mégots possibles lors de footings collectif. Nous retrouvons ce type de challenge à Lille, Lyon et Paris notamment, sous cette appellation. Ce challenge peut s’organiser au sein de toutes les entreprises quelque soit leur taille, dans toutes les villes peu importe leur rayonnement ainsi qu’avec tous les types de déchets : du mégot au filet de pêche sur les plages en passant par les canettes ou sachets plastiques.

  4. Permettre aux salariés d’assister à des conférences sportives données par des athlètes de haut niveau, grâce auxquelles les objectifs du sport et celles des entreprises sont clairement mises en valeur. De par leurs expériences en tant qu’athlète de haut niveau, les obstacles auxquels ils ont dû et doivent faire face ainsi que les capacités physiques et intellectuelles dont ils doivent faire preuve, ils sont des exemples de résilience, de performance et de persévérance très inspirantes dans le milieu des entreprises.

  5. Organiser des teambuildings et/ou des journées de cohésions grâce à l’intervention de professionnels du sport sur des thèmes spécifiques tels que : le dépassement de soi, la cohésion d’équipe ou encore la résilience. Pour cela, nous vous conseillons de consulter notre catalogue d’athlète ou tout simplement de solliciter le sportif Xperience Sport que vous souhaitez, afin qu’il vous fasse découvrir sa discipline et le milieu du sport de haut niveau dans lequel il évolue. 

À lire également

    13/02/2024
    Récits et témoignages
    David Larose : des tatamis aux conférences Xperience Sport
    Découvrez l'interview de David Larose, ancien judoka et champion du monde par équipe.
    06/05/2024
    Récits et témoignages
    Mathieu Thomas : le(s) Je(ux) en valent la chandelle !
    Après sa non-participation aux Jeux de Tokyo en 2021, Mathieu Thomas, champion de parabadminton espère bien décrocher son ticket pour Paris 2024.
    06/05/2024
    Récits et témoignages
    Nicolas Fleury : l’équilibre d’une vie sur deux roues
    Ancien champion du monde de VTT trial avec l'équipe de France, Nicolas Fleury se réinvente à travers les shows de VTT freestyle.